Li-Cam

Le principe du bond spatio-temporel dans la ville de Trapellun résume pour moi ce qu’est la science-fiction. Visiter des possibles, construire des univers, des hypothèses.


Après Catherine Dufour, c’est maintenant au tour de Li-Cam, autrice de science-fiction, de nous partager son retour d’expérience autour de l’expo-game #CodeAlimentation : une exposition pour laquelle elle a contribué à imaginer la ville imaginaire de Trapellun, où l’on peut découvrir l’alimentation de demain…

Pour rappel, l’exposition se tiendra jusqu’au 6 septembre 2020 au Quai des Savoirs 😉


Li-Cam, qui êtes-vous ?

Passionnée de psychologie comportementale et d’arts plastiques, je suis autrice de science-fiction. Asulon, véritable conte philosophique 3.0, aborde les craintes que l’intelligence artificielle suscite, mais également la problématique des libertés individuelles et du contrôle de l’information à l’ère des réseaux mondiaux. Il a obtenu le prix Bob Morane 2016. Cyberland, paru en 2017, regroupe trois textes dans le même univers. Résolution, une utopie scientifique et humaniste, est paru en octobre dernier aux éditions La Volte. Je dirige également la partie littéraire de la collection Petite Bulle d’Univers chez Organic Éditions, une collection alliant mots et images.

Comment définiriez-vous la science-fiction ?

Pour moi, la science-fiction est le territoire de tous les possibles, une contrée que j’ai plaisir à visiter. En tant qu’autrice de science-fiction, j’aime me confronter au futur, tracer des trajectoires, des extrapolations, des ponts du présent vers de multiples avenirs.

L’alimentation : c’est quoi pour vous ?

Un plaisir et une nécessité. Un plaisir plus qu’une nécessité. Je suis plutôt difficile sur la nourriture. J’aime les bonnes choses. Mais j’ai également conscience de l’impact de l’alimentation sur la santé.

Quel a été l’apport du regard science-fictif dans la conception de l’exposition ?

Le principe du bond spatio-temporel dans la ville de Trapellun résume pour moi ce qu’est la science-fiction. Visiter des possibles, construire des univers, des hypothèses.

Quel est l’axe de réflexion sur lequel vous êtes particulièrement intervenue, et pourquoi ?

J’ai opté pour l’axe alimentation et santé, justement. Parce que j’ai de bonnes connaissances en biologie, et que j’ai travaillé dans la santé.

Votre (ou vos) meilleur(s) souvenir(s) dans cette aventure ?

C’est très difficile de choisir un moment particulier. La mise en place de l’équipe d’auteurs et d’autrices, nos échanges sur plusieurs mois ensemble, et avec les équipes du Quai des Savoirs et de Science Animation, le plaisir de travailler en groupe et de voir le projet avancer.

J’aime à nous imaginer, les auteurs qui ont participé au projet, les équipes de MI+, de Science-Animation et du Quai des Savoirs, comme les premiers ayant visiter Trapellun, la ville du futur.


One Comment

L’IA vue par le prisme de la SF : regards croisés de France et d’Asie – MI+
janvier 15, 2020 5:20

[…] notamment l’intervention de Li-Cam, autrice de science-fiction et contributrice de l’exposition #CodeAlimentation au Quai des […]