Catherine Dufour

Je vois la science-fiction comme un laboratoire de la pensée : elle me permet de projeter les inventions d’aujourd’hui sur le tissu social de demain.


Catherine Dufour a contribué, aux côtés de trois autres auteur.e.s de science-fiction, à la conception de l’expo-game #CodeAlimentation: une exposition au format original qui se tiendra jusqu’au 6 septembre 2020 au Quai des Savoirs

Au travers de quelques questions, retour sur la manière dont l’autrice a perçu cette expérience inédite !


Catherine Dufour, qui êtes-vous ?

Bonjour, je suis écrivaine de science-fiction (entre autre), ingénieure en informatique et chroniqueuse au Monde Diplomatique. J’ai la chance de ludionner dans le monde intellectuel et festif du groupe Zanzibar et des voltés.

Comment définiriez-vous la science-fiction ?

Je crois que c’est une question à ne pas poser, la réponse tenant en seize milles articles, essais et shitstorms sur Twitter. Pour moi, je la vois comme un laboratoire de la pensée : elle me permet de projeter les inventions d’aujourd’hui sur le tissu social de demain.

L’alimentation : c’est quoi pour vous ?

C’est la base, le milieu et presque tout le sommet de la vie humaine, l’autre étant le sexe, mais on mange plus souvent. L’essentiel de l’énergie d’un être vivant consiste à trouver de quoi manger, c’est dire si le sujet est fondamental.

Quel a été l’apport du regard science-fictif dans la conception de l’exposition ?

A mon avis, il a permis de poser un regarde d’espoir sur un avenir promis à la junk food et la famine. J’espère, du moins.

Quel est l’axe de réflexion sur lequel vous avez préféré intervenir et pourquoi ?

J’ai adoré travailler sur l’espace Consommation. Imaginer de nouveaux lieux, de nouveaux gestes, de nouveaux réflexes.

Votre meilleur souvenir dans cette aventure ?

Tout le travail avec mes co-auteur-es, toujours disponibles, inventif-es, et drôles ! Ça a été un très bon moment.


One Comment

Li-Cam – MI+
janvier 13, 2020 10:57

[…] Catherine Dufour, c’est au tour de Li-Cam, autrice de science-fiction, de nous partager son retour […]